Ségur de la santé : les conclusions

 

 

Après la signature des accords du Ségur de la santé qui consacrent 8,2 milliards d’euros à la revalorisation des métiers des établissements de santé et des EHPAD et à l’attractivité de l’hôpital public, Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé, a présenté les conclusions du Ségur de la santé le 21 juillet 2020.

 

 

 

Le ministre s’est appuyé sur le rapport remis par Nicole Notat, animatrice du Ségur de la santé, pour retenir des mesures et des orientations fortes afin de poursuivre la modernisation du système de santé en France et d’améliorer le quotidien des soignants ainsi que la prise en charge des patients.

Aux côtés de Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les Collectivités territoriales, de Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, et de Brigitte Bourguignon, ministre Déléguée à l’Autonomie, Olivier Véran a détaillé l’ensemble des mesures retenues des travaux du Ségur de la santé.
 
Les principales conclusions du Ségur de la santé :
 
  1.  19 milliards d’euros d’investissement dans le système de santé pour améliorer la prise en charge des patients et le quotidien des soignants.
  2.  8,2 milliards d’euros par an pour revaloriser les métiers des établissements de santé et des EHPAD, et reconnaître l’engagement des soignants au service de la santé des Français.
  3.  15 000 recrutements à l’hôpital public.
  4.  Accélérer la sortie du "tout T2A" (tarification à l’acte) et privilégier la qualité des soins.
  5.  Financer l’ouverture ou la réouverture de 4000 lits « à la demande ».
  6.  Mettre fin au mercenariat de l’intérim médical à l’hôpital public.
  7.  Redonner toute sa place au service hospitalier au sein des établissements de santé.
  8.  Former plus de soignants dans les filières paramédicales pour mieux prendre en charge les patients.
  9.  Faciliter l’accès aux soins non-programmés et à l’exercice coordonné.
  10.  Développer fortement la télésanté en s’appuyant sur les acquis de la crise pour mieux soigner les Français.
  11.  Donner aux territoires les principaux leviers de l’investissement en santé dans l’intérêt de leurs habitants.
  12.  Combattre les inégalités de santé.

 

Les accords du Ségur de la santé : des accords historiques pour reconnaître l’engagement de ceux qui soignent
 
Les travaux du Ségur de la santé ont permis de négocier avec l’ensemble des représentants syndicaux et professionnels des engagements forts de revalorisation pour les professionnels et cadres des établissements de santé ainsi que des EHPAD. Les accords du Ségur de la santé ont été signés le 13 juillet 2020 par le Premier ministre, le ministre des Solidarités et de la Santé, ainsi que par une majorité d’organisations syndicales représentant d’une part, les professions non médicales (FO, CFDT, UNSA) et d’autre part, les personnels médicaux de l’hôpital public (INPH, SNAM-HP, CMH).
 
Ces deux accords consacrent respectivement :
  • 7,6 milliards d’euros par an à la revalorisation de l’ensemble des métiers non-médicaux dans les établissements de santé et médico-sociaux des secteurs publics ou privés, et prévoyant également le recrutement de 15 000 personnels.
  • 450 millions d’euros par an à l’attractivité de l’hôpital public pour les praticiens hospitaliers.
 
Après concertation des syndicats et représentants des étudiants médicaux, étudiants paramédicaux et des internes, le Gouvernement s’est également engagé à consacrer 200 millions d’euros par an à la revalorisation des indemnités de stage et émolument d’internats, à la revalorisation des gardes pour les internes.

 

DATE DE MISE A JOUR : 26/07/2020